Repas fetes

Les repas de fêtes

Les repas de fêtes

 

La fin d’année est synonyme pour certains de grosses angoisses quant aux repas des fêtes. Repas souvent très riche, bien arrosé, avec les traditionnels plats : huitres, saumon, foie gras, chapon, marrons, bûche, chocolat, … aïe aïe aïe, notre pauvre foie, et c’est sans parler de ce que nous affichera notre balance. Pas de panique ! Faisons le point.

 

Les plus et les moins des plats traditionnels

 

 

les +

les  -

Saumon fumé

  • source de protéines
  • source d’oméga 3
  • riche en sel
  • source de métaux lourds, comme le plomb et le mercure

foie gras

  • Riche en fer
  • Source de vitamines A, B6 et B9
  • Très gras, notamment en acides gras saturés
  • Très calorique

huitres

  • Faible densité calorique
  • Source de protéines
  • Riche en oméga 3
  • Source de fer, zinc et vitamines B12
  • Riche en purines (risque de goutte)
  • Risque bactérien par rapport à la fraîcheur du produit.

crevettes

  • Pauvre en calories
  • Source de protéines
  • Source d’oméga 3
  • Risque bactériologique si acheté cru

chapon au marrons

  • Source de protéines
  • Source de glucides complexes
  • Peau riche en graisse
  • Densité calorique élevée

dinde farcie

  • Excellente source de vitamines
  • Source de fer, phosphore, zinc, magnésium et vitamines du groupe B
  • Bien que la viande dinde soit très peu grasse, attention à l’ajout de farce qui vient augmenter la densité calorique.

sanglier, chevreuil ou biche

  • Source de protéines
  • Vitamines et minéraux
  • Viandes riches en purines (risque de goutte)

buche de Noël

  • Chocolat source de magnésium
  • Fruit source de vitamines
  • Très gras et sucré
  • Densité calorique élevée

 

 

 

Les valeurs nutritionnelles

 

pour 100g d’aliment

Saumon fumé

foie gras canard (bloc)

huîtres

crevettes cuites

chapon aux marrons et fruits secs (Picard)

dinde farcie (Picard)

gibier à poile, cuit (aliment moyen)

buche de Noël pâtissière

papillotes

énergie (kCal)

178

488

67,2

109

126

181

152

320

558

protéines (g)

22

6,88

8,64

19

13

18,9

29,6

4,2

9,1

Lipides (g)

9,49

50,1

1,91

1,16

4,8

10,1

3,72

19,7

34,7

dont AGS* (g)

2,06

21,6

0,34

0,31

2,6

5,7

1,26

8,62

13,6

Glucides (g)

0,91

2,19

3,86

5,54

6,7

3

0

30,6

51,5

dont sucres (g)

0

1,41

0

0,25

3,9

2,9

0

23,7

46,2

Sel (g)

3,51

1,29

1,45

1,35

0,78

0,55

0,14

0,18

0,34

fibres (g)

0,25

0

0

0

2

1,2

0

1,3

2,1

 

* AGS = Acides gras saturés, les « mauvaises graisses »

 

  • Les plus riches en calories : papillotes, suivi du foie gras, suivi de la bûche de Noël.
  • Les plus riches en protéines : Gibier (sanglier, chevreuil, biche), suivi du saumon fumé, suivi des crevettes cuites.
  • Les plus riches en lipides : le foie gras, suivi des papillotes, suivi de la bûche de Noël, ce sont également les plus riches en acides gras saturés, dans le même ordre ;
  • Les plus riches en glucides : papillotes, suivi de bûche de Noël , suivi de très loin du chapons aux marrons et ce sont également les plus riches en sucres simples.
  • Les plus riche en sel : saumon fumé, suivi des huîtres, suivi des crevettes.
  • Les moins caloriques : les huîtres, suivi des crevettes cuites, suivi du chapon aux marrons et fruits secs. 

Et alors?

 

Finalement, on voit que, pris séparément, ou selon les portions, ces aliments ne sont pas si catastrophiques que ça. Le problème réside donc dans l’accumulation de tous ces mets, l’apéritif plus ou moins garni avant, le pain et les toast avec le foie gras et le saumon, la mayonnaise avec les crevettes, la rouille ou l’aïoli avec le plateau de fruits de mer, le vin, le champagne qui accompagne le repas, les papillotes avec le café, le digestif après, etc.

 

Comment faire pour manger plus léger ?

 

A l’apéritif  

  • Evitez les fritures (chips), noix, olives et compagnie et pensez plutôt plateau de crudités, ou verrines légères avec des mousses de légumes.
  • Si vous prenez de l’alcool, ne prenez qu’un seul verre. 
  • Optez pour des jus de légumes, ou des eaux gazeuses.

 

A table

  • Si  vous avec pris un apéritif conséquent, vous pouvez très bien sauter l’entrée. Dans ce cas, vous pouvez faire des amuse-bouches à base de foie gras et d’huîtres lors de l’apéritif.
  • Optez pour une entrée légère en salade par exemple.
  • Pour le plat principal on opte pour du léger et de l’équilibré, de la volaille (chapon ou dinde) ou un poisson blanc, accompagné d’un féculent (marrons, purée, riz) et des légumes vapeurs. On évite les fritures, les sauces riches, trop  de vin pour accompagner le repas.
  • Si on souhaite faire le plateau de fromage, pourquoi par faire une assiette pour chaque personne avec des petites portion de 3 ou 4 fromages différents.
  • Pour le dessert, si on opte pour la traditionnelle bûche, pourquoi ne pas opter pour une version plus légère  à base de fruits. Ou alors carrément partir sur un dessert à base de fruits. 
  • On se sert qu’une seule fois. 

Après le repas

  • Evitez de se goinfrer de papillotes avec le café ou d’accompagner le café d’un digestif, qui est un faux ami. Au contraire, l’alcool ralenti la digestion.
  • Optez plutôt pour une tisane, notamment à base de menthe ou de verveine, qui aident à la digestion. 

 

Une fois les fêtes passées

  • On reprend une alimentation équilibrée et légère. 
  • Et si vraiment vous avez abusé il vous reste toujours le charbon actif, qui absorbe les graisses et autres toxines. Et en cas de migraine digestive pensez au bicarbonate. 

 

 

nutrition diététique alimentation repas de fetes

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site